¿ Perfecta ?… Vraiment ?

Apparement, à en entendre pas mal de remarques reçues en privé, j’intrigue quelques uns avec mon hastag utilisé à profusion #MiVidaPerfecta. Et maintenant, je crée le blog qui va avec ! Sacrilège ! Mais qu’est-ce qui lui arrive ?! LOOL

Pourquoi ce choix ? Qu’est-ce que je cherche ou revendique…? Et puis surtout, sérieusement : est-ce que je considère vraiment que ma vie est aussi parfaite ? Ah ah, mystère…

Hello, au fait c’est quoi #MiVidaPerfecta ? (version cool)

Mais oui ! Bien sûr Elodie, ta vie est parfaite,  MiVidaPerfecta ! (version pas cool, très rare, une seule fois en fait !)

Oui… mais non, mais oui quand même en fait. Ma vie est loin d’être parfaite ! Et c’est justement parce qu’elle est remplie d’imperfections que j’ai décidé que chaque moment de joie et bonheur que je vis vaut la peine de m’accrocher dans les difficultés et de donner le meilleur de moi-même pour parvenir à vivre la vie dont je rêve. #MiVidaPerfecta, c’est en réalité le choix de vie que j’ai fait au moment même où j’ai décidé d’entreprendre. Et c’est pour ça qu’il compte autant pour moi.

Je me souviens que je sortais d’une période difficile : colère suite à des expériences professionnelles aberrantes, déceptions multiples, recherche d’emploi lancinante qui ne menait absolument nul part, avec ce sentiment d’impuissance vis à vis de la vie.

D’une manière ou d’une autre, j’avais travaillé sans relâche depuis mes 16 ans, oui…. Et arrivée sur le marché de l’emploi j’entendais des gens me dire : « Vous débutez dans la vie socioprofessionnelle, vous n’avez pas d’expérience je vous signale ! ».  Avec tout ça, forcément une confiance en moi au très ras des pâquerettes. Et là en me lisant, je n’arrive même pas à croire ce que je suis en train d’écrire. Mais c’est vrai. Et le pire, c’est que j’étais dans le cercle vicieux de la lamentation. Oui, forcément à ce moment là je ne blâmais que moi.

Jusqu’à ce jour de printemps, où au plus fort de ma négativité je m’émerveille pour des bouquets de tulipes chez le fleuriste à côté du cabinet de mon psy ; que j’apprécie la douceur du vent glacé sur ma peau, contrebalancée par un soleil radieux en plein cœur de Paris et où je me rends compte que les bâtiments sont d’une infini beauté. Je n’avais pas le droit d’être aussi en colère et aussi triste. Ne serait-ce que pour toute cette beauté juste là, tout près de moi (sortez, les violons…). Je devais cesser de me tourmenter autant et oser vivre la vie que je désirais profondément vivre.

Bon… en réalité entre la décision et les premiers signes de stabilité intérieure, il y a eu encore de longs mois de travail ! Mon meilleur ami peut vous le dire. Mais à partir de ce moment où j’ai compris que parce ma vie est imparfaite alors est parfaite, j’étais obligé de tout faire pour la vivre au mieux. C’est ça #MiVidaPerfecta, un état d’esprit dans lequel chaque chose positive, même les plus insignifiantes, qui arrive est ma dose nécessaire de bonne humeur au quotidien. Et depuis que je l’utilise, j’avoue que cela m’aide beaucoup, particulièrement pour affronter les étapes éprouvantes du parcours d’entrepreneur. Mais ça, ce sera le sujet d’un autre article…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *