6 astuces bien-être pour voyager comme une fleur

Salut les amis, j’espère que tout va pour le mieux pour vous et que vous profitez de votre mois d’août. Aujourd’hui, j'ai le plaisir de rédiger cet article depuis… l’avion ! En route pour la grande mission à Washington (je vous raconterai promis). En ce moment, je suis dans le moyen-courrier Montpellier-Paris. Comme vous le savez je voyage souvent. Et ça a toujours été voulu. Étudiante, je me projetais très souvent dans une vie professionnelle faite de missions et déplacements à l’étranger en mode : « international businesswoman » ! Mais entre le rêve édulcoré des voyages sans interruption et ce qu'est voyager réellement, je ne dois pas vous mentir : j’ai assez vite déchanté : décalage horaire, fatigue, inconfort, mauvaise circulation. Voyager peut devenir un véritable enfer.

Mais heureusement… j’ai découvert qu’on peut arriver à limiter les désagréments du voyage pour débarquer comme une fleur à destination. Voici les 6 astuces bien-être que je vous recommande pour une arrivée flamboyante même après un long voyage.

1. On accueille son futur fuseau horaire

Le plus gros inconvénient du fait de voyager est le décalage horaire. Le mieux c’est de préparer son corps à accueillir en douceur le futur fuseau horaire en décalant d’une heure ou deux l’heure du coucher/réveil. Et une fois à destination, dans la mesure du possible on ne se refuse pas des petites siestes même courtes dès que notre corps le demande, jusqu'à ce qu’il s’adapte au niveau rythme. Désormais je n’ai plus besoin de régler mon horloge pour le faire. Quand je sais que je pars bientôt pour Cayenne, je me couche plus tard et me lève plus tard. Cette fois pour Washington, je l’ai fait naturellement, en plus avec l'été, les journées sont plus longues et du coup, je n’ai eu aucun mal à le faire.

2. Yoga, méditation, massage : avant, pendant et après

Voyager c’est  toujours stressant. On va loin de chez soi, il ne faut rien oublier, arrivé(e) à l’aéroport on peut se retrouver en pleine vague de départ en vacances… Pour le peu qu’on ait une tendance à faire de l’agoraphobie… voyager peut vite devenir un l’enfer. L’idée c’est de s’autoriser à se détendre par du yoga, de la méditation ou un message, ou les trois ! En ce qui me concerne, ce matin j’ai fait 15min de yoga Yin Flow pour m’étirer et me relaxer. Je crois qu’au Salon d’Air France de Charles de Gaulle il y a un espace Clarins, j’irai fait un tour. Dans l’avion Paris-Washington je me ferai un auto-massage, et c’est sûr qu'à l’arrivée je ferai 15 à 30 min de Yoga relaxation.

3. On évite l’alcool

Ah ! C’est moi qui dit ça ?!  Non, c’est la trentaine qui s’exprime… lol. Pour ceux qui me suivent sur snapchat, vous savez ma grande expérience du petit verre de champagne en apéritif, du verre de vin pendant le repas, et de la poire en digestif. Mais je sais aussi voyager sans boire une seule goutte d’alcool et je dois admettre que l’alcool est fatal. Ces élixirs malheureusement annulent tous les efforts précédemment cités. Pour ma part, j’ai décidé récemment que je ne boirai plus d’alcool avant d’avoir un certain montant sur mon compte personnel 😓. [On se motive comme on peut]. Je peux déjà vous annoncer que je serai au top du top de ma forme pour la mission à Washington. 😀

4. Voyager avec des vêtements amples, très amples

Si vous saviez à quel point ma vie a changé quand j’ai arrêté de porter des jeans ou robe cintrés à la taille. On peut tout à fait être classe (spoiler Next post…🙊) dans des vêtements légers et amples. Du coup, il ne faut pas s’en priver. Si on souhaite être en pantalon, le mieux c’est d’opter pour un pantalon avec un élastique à l’arrière pour être sûr qu’assis et éventuellement ballonné, il ne soit pas nécessaire de le déboutonner. Si vous optez pour une robe, choisissez un robe  droite ou pas trop serrée à la taille, pour la même logique. En plus de prévenir les ballonnements, il y a aussi le grand problème de la circulation.

5. Faciliter sa circulation sanguine

On peut être plus ou moins sensible, mais en général avec la pression, le sang circule très mal. Jambes lourdes, pieds et mains qui gonflent : c’est assez pénible. Le mieux, c’est de prévoir des bas de contention (perso je n’aime pas trop). On peut aussi compléter par la prise de gélules de vigne rouge ou de Ginkor (algues vertes qui facilitent la circulation sanguine). Bien sûr, il vaut mieux consulter son médecin ou son pharmacien avant de prendre quoique ce soit. Aussi, pendant le vol, il ne faut pas hésiter à se lever et marcher pour favoriser aussi la circulation sanguine.

6. On laisse respirer sa peau

Quand je prends l’avion, en sortant chez moi je suis pimpante et très souvent maquillée (sauf aujourd’hui ; en général l’été j’ai toujours bonne mine donc je me maquille moins). Mais une fois installée dans l’avion, je me démaquille immédiatement avec des lingettes. Je pars du principe que comme avant d’aller me coucher, il faut retirer les couches de maquillage pour nettoyer et laisser mes pores respirer. C’est bien plus confortable. En plus, ça me fait une petite routine soin de la peau-détente qui rajoute du bien-être à mon voyage. J’essaie également de bien hydrater ma peau après le démaquillage et surtout mes lèvres. Air France propose en Duty free un kit de Clarins qui est plutôt sympa. À l’arrivée, j’utilise le soin anti-cernes Filorga (aussi disponible en Duty-free) et je prévois un peu de poudre, un coup de crayon et un petit rouge à lèvre, si nécessaire. Du coup, une fois à destination, je suis toujours fraîche et on n’a même pas l’impression que mon visage a subi le décalage horaire. Je peux aisément enchaîner sur un rdv.

Une fois n’est pas coutume, je commence un article quelque part et je le termine ailleurs ! Je suis arrivée à Washington et voici mon look relax et classe avec lequel j’ai voyagé en toute tranquillité.

Crédits photo : Mirtho Linguet

Parlant de look, le prochain article sera consacré à mon relooking par Isaüra de That’s Intrisic, stay tunes…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *